Tag Archives: Mircea Eliade

The controversial journal of Mihai Sebastian (1935-1944)

JournalMihaiSebastian

Review by Claudia Moscovici, author of Holocaust Memories: A Survey of Holocaust Memoirs, Histories, Novels and Films (Rowman & Littlefield Publishing Group, 2019)

https://www.amazon.com/gp/product/076187092X/ref=ox_sc_saved_title_3?smid=ATVPDKIKX0DER&psc=1

The journal of the Romanian Jewish essayist, playwright and novelist Mihai Sebastian is still seeped in historical controversy in his native country. In fact, this journal, which the author kept for nearly ten years (from 1935 to 1944), was such a taboo subject that it wasn’t published until 1998 (in French) by Editions Stock. The Ivan R. Dee English edition appeared in 2000, increasing the diary’s international exposure–as well as the controversy that surrounded it. The Journal of Mihai Sebastian is particularly problematic for the Romanian community, both in the country and abroad. It depicts the regimes that allied themselves with the Nazis as well as some of Romania’s most notable writers and philosophers—Emil Cioran, Mircea Eliade and Camil Petrescu–whom the playwright Eugene Ionesco characterized, due to their Fascist political affinities, as part of the “Iron Guard generation”–in a rather negative light. Sebastian’s frank and lucid picture of the Fascist influence in Romania can offend on several levels.

Many Romanians with strong nationalist sentiments still view Ion Antonescu as a national hero that protected the country’s interests in an impossible political context. Furthermore, even Romanians without strong nationalist feelings take great pride in Romania’s leading 20th century intellectuals, particularly Emil Cioran, Mircea Eliade and Camil Petrescu. Some of them do not take kindly to a frank discussion of these authors’ pro-Nazi and anti-Semitic views in so far as bringing this subject up can cast doubt on their merit as writers and on their character.

I don’t think these are good reasons to shy away from reading this journal, however. The fact that Mihai Sebastian was himself a leading intellectual figure in the country and accepted as a friend by these authors gives us a more personal—and unique–glimpse into the cultural and political atmosphere of the times. This journal is interesting from both a historical and a philosophical perspective. It raises questions about Romania’s alliance with the Nazis and simultaneously explores the relation between morality and intellectuality (in the same way as discussions of Heidegger’s role in anti-Semitic and pro-Nazi discourse does). (See Philip Oltermann’s excellent article on this subject, published in The Guardian on March 12, 2014, http://www.theguardian.com/books/2014/mar/13/martin-heidegger-black-notebooks-reveal-nazi-ideology-antisemitism).

Mihai Sebastian was born Iosif Mendel Hechter in 1907 in a Jewish family in Braila. He managed to survive Fascism, the war years and the Holocaust, only to die, absurdly, in a car accident in 1945. Sebastian studied law in Bucharest and mingled with Romania’s leading intellectual figures. His journal discusses his relatively close relationships with Emil Cioran, Mircea Eliade, Camil Petrescu and Eugene Ionesco. Of these authors, only Eugene Ionesco was critical of Fascism. Years later, in 1959, he even published a political drama about totalitarianism, Rhinocéros, in which he described his friends’ strange transformations under the pressure—and lure–of history’s dark forces, Communism, Fascism and Nazism.

Being Jewish in an epoch when Judaism was equivalent to a crime punishable by imprisonment, deportation and even death, Sebastian had ambivalent relations with Cioran, Eliade and Petrescu, all of whom expressed anti-Semitic views and were seduced by a combination of Nazi and nationalist ideology. At one point, Sebastian expresses shock in reading an article by Mircea Eliade in support of the Legionary Movement: “Friday, 17 (December). In yesterday’s Buna Vestire (year I, no. 244, dated Friday, 17 December 1937): “Why I Believe in the Victory of the Legionary Movement,” by Mircea Eliade” 133). Numerous times, Sebastian hopes that personal bonds of friendship can shift his friends’ anti-Semitic views. He tries to persuade Camil Petrescu–to no avail–that his anti-Semitism is irrational:

“Thursday, 25 [June] 1936. When we left Capsa we went a few steps down the street and he repeated what he thought of the latest anti-Semitic attacks… He went on to say: ‘My dear man, the Jews provoke things: they have a dubious attitude and get mixed up in things that don’t concern them. They are too nationalistic.’ ‘You should make up your mind, Camil. Are they nationalists or are they Communists?’ ‘Wow, you’re really something, you know?… What else is communism but the imperialism of Jews?’ (60) Disappointed that Petrescu won’t listen to reason, Sebastian notes, perplexed: “That is Camil Petrescu speaking. Camil Petrescu is one of the finest minds in Romania. Camil Petrescu is one of the most sensitive creatures in Romania” (60).

Facing prejudice from one’s peers is one thing; facing the prospect of imprisonment or even death is quite another. Between 1935 and 1941, the political situation deteriorates significantly for Jews in Romania (and most of Europe as well) . In August of 1941, Sebastian finds himself in grave danger of being sent to labor camp for the simple fact of being Jewish. He’s aware of the probable link between deportation and extermination: “The alarm I felt at first is returning. Are we again facing a mass roundup of Jews? Internment camps? Extermination?” (389) Like most Jews from Old Kingdom Romania, however, Sebastian escapes due to a series of unpredictable shifts in government policies. (See my article on the subject of Ion Antonescu’s regime, http://literaturadeazi.ro/content/review-ion-antonescu).

Despite its trenchant critiques, however, Mihai Sebastian’s journal shouldn’t be judged only as an indictment of the political ideology of some of Romania’s leading intellectuals and of the country at large. Written in a lyrical and contemplative style reminiscent of an author Sebastian greatly admired–Marcel Proust–the journal also captures the author’s great appreciation of classical music, the cultural activities of the times, as well as his intriguing and often tumultuous love affairs, whom he compares to the vicissitudes of passion described by Proust in A la recherché du temps perdu.

As a memoir with political and ethical implications, Mihai Sebastian’s journal reminds us of the fact that political morality and intellectual merit aren’t necessarily linked. Great intellectuals can and do sometimes espouse immoral or chauvinist views. Does it follow that they they be judged only—or even mostly–in terms of those views? Absolutely not. Just like we shouldn’t judge Aristotle’s great contributions to philosophy only in terms of his “sexist” and incomplete views of women or Thomas Jefferson’s notable contributions to government, political theory and even architecture only in terms of having owned slaves and thus supported slavery, we shouldn’t judge Eliade, Cioran and Petrescu only (or mostly) in terms of their anti-Semitism or Fascist tendencies. Those of us who respect these writers need not fear that the truths expressed by Mihai Sebastian’s journal will diminish the intellectual worth of Romania’s leading authors. This book is important because it offers us a deeper understanding of Romania’s controversial, pro-Fascist years, from the perspective of a Jewish writer caught in the middle of cataclysmic events that he had the opportunity, lucidity and talent to describe exceptionally well.

Claudia Moscovici,

Literature Salon

Advertisements

Comments Off on The controversial journal of Mihai Sebastian (1935-1944)

Filed under anti-Semitism, Camil Petrescu, Claudia Moscovici, contemporary fiction, Emil Cioran, Eugene Ionesco, Holocaust Memory, Ion Antonescu, Mihai Sebastian, Mircea Eliade, The controversial journal of Mihai Sebastian (1935-1944), the Holocaust, The Journal of Mihai Sebastian

Sauver la culture: De l’importance de la “culture” pour nos cultures

 

Paradoxalement, ce sont des théoriciens de la culture tels que Pierre Bourdieu (auteur de La distinction : critique sociale du jugement, 1979), Jean Baudrillard (auteur de Simulacres et simulation, 1981) et Jean-François Lyotard (auteur de La Condition postmoderne : rapport sur le savoir, 1979), qui ont démoli le concept de « culture » au cours du XXème siècle. Écrivant eux-mêmes pour une élite, ils ont, chacun à sa manière, argué que la haute « culture » était une institution sociale artificielle, datée et élitiste. Ce n’est pas la moindre des ironies que la destruction de la « culture » ait été parachevée, non pas par l’élite de ces théoriciens de la culture, mais par le grand public (par son indifférence) : non seulement sur le papier ou dans le discours, mais dans les faits.

Qu’est ce que la culture ? Le mot « culture » peut désigner : 1°) l’ensemble des pratiques, valeurs, croyances et mœurs d’une société ou d’un « mode de vie » donnés ; ou 2°) divers domaines tels que, notamment, la littérature, les arts, le cinéma, la philosophie, la danse, la critique littéraire ou artistique… J’aimerais avancer l’idée que la « culture », dans sa seconde acception, est essentielle aux « cultures » prises au premier sens du mot. Dans cet essai, j’aimerais aborder les questions suivantes : 1°) En dehors du monde académique, et du monde éducatif en général, comment ces domaines culturels survivent-ils, et pourquoi souffrent-ils aujourd’hui ? 2°) et c’est sur ce point que je désire me focaliser, pourquoi la culture est-elle si importante pour les sociétés contemporaines ?

1. Comment la « culture » survit-elle (en dehors des institutions académiques et éducatives), et pourquoi souffre-t-elle aujourd’hui ?

Oprah Winfrey

a) Les clubs du livre. Aux États-Unis au moins, on ne peut pas surestimer l’importance des clubs du livres : aussi bien les clubs de petite taille, dont l’impact collectif est local, que ceux dont l’impact et le lectorat sont énormes, tel l’Oprah’s Book Club (OBC), qui a pris naissance en 1996 dans le cadre de la très populaire émission de télévision Oprah Winfrey Show. Chaque mois, Oprah Winfrey et son équipe de rédacteurs ont ainsi sélectionné un roman nouvellement paru, invitant les auditeurs à le lire et le commentant ensuite au cours de l’émission. En 15 ans, 70 livres ont ainsi été présentés. En juin 2012, Oprah Winfrey a lancé un nouveau club du livre, dans le cadre d’un partenariat entre le magazine O : The Oprah Magazine et la nouvelle chaîne de télévision Oprah Winfrey Network (OWN). L’Oprah’s Book Club a attiré l’attention sur le type de « haute culture » qui draine en général le moins de lecteurs aux États-Unis : les œuvres de fiction littéraire. Quelques-uns des exemples les plus remarquables ont été les romans The Corrections en septembre 2001 et Freedom en septembre 2010, tous deux par Jonathan Franzen, ou encore Middlesex, l’incroyable épopée comique de Jeffrey Eugenides, en juin 2007. Ces romans figurant parmi mes favoris, j’en ai fait la critique sur mon propre blog, Literature Salon :

Critique de Freedom, de Jonathan Franzen:

https://literaturesalon.wordpress.com/2012/02/05/jonathan-franzens-freedom-the-wow-factor-in-contemporary-fiction/

Critique de Middlesex, de Jeffrey Eugenides:

https://literaturesalon.wordpress.com/2010/11/07/an-engaging-comic-epic-book-review-of-eugenides-middlesex/

Qu’a donc la fiction littéraire de si spécial ? Et pourquoi tend-elle à être beaucoup moins lue que la fiction grand-public ou la fiction de genre ? En fait, il me faudrait ici préciser que les œuvres de fiction littéraire qui figurent dans les canons de la littérature (les « classiques ») tendent à être plus lues que la plupart des œuvres de fiction grand-public, mais la raison en est qu’elles sont souvent enseignées à l’école. Elles constituent toutefois l’exception, pas la règle. La plupart des œuvres de fiction littéraire ont un lectorat très limité, ce qui explique que les éditeurs grand-public tendent à les éviter, à moins que leur auteur soit déjà bien connu, ou très prometteur. Ce qui se vend le mieux, et ce que les lecteurs préfèrent en général lire, c’est la fiction de genre, telles que les séries Harry Potter ou Twilight (fantastique), ou les romans de Stephen King (thrillers).

Bien que la démarcation entre fiction littéraire et fiction de genre ne soit pas toujours étanche, je dirais que la fiction de genre met l’accent sur des intrigues plaisantes et dynamiques, tandis que la fiction littéraire privilégie les caractérisations psychologiques nuancées et un style personnel, parfois expérimental. La fiction de genre se prête bien à une lecture rapide par un public qui consacre de moins en moins de temps à la lecture, et est de plus en plus sollicité par les stimulations audio-visuelles que lui offrent le nombre croissant de programmes « culturels » disponibles de nos jours sur internet, à la télévision ou à la radio. C’est pourtant la fiction littéraire expérimentale qui, bien que moins populaire, a le plus la capacité de transformer le champ littéraire et de nous faire voir la vie – et l’art – de manière radicalement nouvelle. Malheureusement, la probabilité qu’un roman nouvellement paru entrant dans cette catégorie atteigne une large visibilité publique en étant sélectionné pour l’Oprah’s Book Club est sans doute moindre que celle de gagner au loto. Comment, alors, la fiction littéraire touche-t-elle le grand public ? Cette question m’amène au suivant de mes arguments : le rôle de la radio et de la télévision publiques.

b) La culture parvient également à toucher le grand public par le biais de programmes de télévision et de radio publics, qui dépendent de financements publics, et, aux États-Unis, de donations. Malheureusement, au cours des dernières années, des stations de télévision telles que la BBC (British Broadcasting Corporation) au Royaume-Uni, PBS (Public Broadcasting Service) aux États-Unis, la chaîne franco-allemande Arte (Association Relative à la Télévision Européenne), ou encore – l’une de mes préférées – la chaîne roumaine TVR Cultural, ont toutes souffert des difficultés suivantes, l’une n’allant pas sans l’autre : des revenus faibles ou inexistants, et un financement et une audience en baisse. Certaines de ces stations de télévision ou de radio se sont adaptées à la demande d’un public moderne, tandis que d’autres ont décliné ou même disparu. Arte, par exemple, qui a débuté en 1992 conjointement en France et en Allemagne, a relativement réussi, élargissant son audience – via le câble ou le satellite – à la Belgique, l’Autriche, Israël, les Pays-Bas, le Portugal ou la Suisse. Certains des programmes en Français sont également accessibles au Canada. Par une adaptation aux nouvelles technologies, les programmes d’Arte sont maintenent accessibles 24h/24 au format HDTV, via le satellite. En revanche, TVR Cultural, la station de télévision publique roumaine fondée en 2002 sur le modèle d’Arte, est sur le point de fermer en septembre 2012. Certains de ses programmes seront repris par les autres chaînes publiques TVR2 et TVR3. De manière générale, la télévision publique éducative – les chaînes qui promeuvent la « culture » – est une entreprise non seulement à but non-lucratif, mais aussi déficitaire, comme cela a été le cas en Roumanie. J’ai lu plusieurs analyses intéressantes à ce sujet, dont les liens figurent ci-dessous pour le lecteur intéressé :

http://www.gandul.info/news/doua-posturi-ale-tvr-isi-vor-inceta-emisia-9938597

http://atelier.liternet.ro/articol/12165/Bogdan-Ghiu/TVR-1-ar-trebui-desfiintat-TVR-Cultural-redefinit-consolidat-multiplicat.html

 

2. Pourquoi la culture est-elle importante pour les sociétés contemporaines ? De mon point de vue, le soutien chancelant dont elle souffre est un phénomène très malheureux. J’aimerais dresser une liste des raisons pour lesquelles je suis de cet avis, en me basant qur quelques citations poignantes de quelques-uns de mes auteurs roumains favoris.

a) « Les mots peuvent parfois, dans des moments de grâce, atteindre la qualité des actes » – Elie Wiesel

Au cours des périodes les plus répressives de l’histoire humaine, les auteurs de fiction littéraire, de mémoires et d’essais critiques ont figuré parmi les voix les plus courageuses et les plus franches de la protestation. Le zéro et l’infini (Darkness at noon) d’Arthur Koestler, Le ciel de la Kolyma (Крутой маршрут) de Yevgenia Ginzburg, L’évasion silencieuse (publié en Français) de Lena Constante et, bien sûr, La Nuit (…Un di Velt Hot Geshvign) d’Elie Wiesel ont traduit pour le lecteur l’horreur, les kafkaïens procès à spectacle, les tortures physiques et psychologiques et le désespoir qui caractérisaient la vie dans les régimes totalitaires. Leurs puissanrs mots de protestation ont atteint non seulement des millions de lecteurs, mais aussi des générations entières. Leur écho se fait encore entendre aujourd’hui. Comme Wiesel l’a également écrit, « le contraire de l’amour n’est pas la haine, mais l’indifférence. Le contraire de l’art n’est pas la laideur, mais l’indifférence. Le contraire de la foi n’est pas l’hérésie, mais l’indifférence. Et le contraire de la vie n’est pas la mort, mais l’indifférence. » Il est plus difficile de rester indifférent à la souffrance humaine quand on lit des mots aussi puissants.

b) « La littérature est un art instinctif » – Ion Luca Caragiale

Caragiale était très en avance sur ton temps sur bien des points. Il est souvent cité, aujourd’hui encore, dans les journaux roumains, car ses remarques cinglantes, cyniques et poignantes sur la politique s’appliquent aussi bien à notre époque qu’à celle où il les a faites. Peut-être Caragiale a-t-il anticipé sur les écoles de pensée – le formalisme et le post-structuralisme – qui maintiennent que l’art et la littérature sont importants en et par eux-mêmes. Bien sûr, ce n’est pas là une conception nouvelle de l’art et de la littérature. Au cours du XIXème siècle, Théophile a  introduit la notion d’ « art pour l’art ». Les implications morales et sociales qu’ont souvent l’art, la littérature, la critique et la philosophie ne sont pas indispensables pour qu’ils soient considérés comme importants. Ils ont une valeur intrinsèque : l’expression de la créativité humaine en elle-même.

c)  « La culture tue la naïveté et le savoir chasse l’ignorance » – George Cosbuc

La philosophie, l’art, la critique et la littérature ne sont pas simplement le miroir de la réalité. Ils la transforment, ainsi que la manière dont nous la voyons. Ils modifient nos conventions politiques et sociales ; ils nous poussent à remettre plus profondément les autres, ainsi que nous-mêmes, en question ; ils aident à édifier les fondations d’une réalité nouvelle. Ne pouvant être réduits à une pure idéologie ou à des polémiques, l’art, la philosophie et la littérature nous aident à remettre en question nos conceptions du monde, et parfois nous guident vers des verités plus profondes.

d) « Le sens de l’existence, et le devoir de chacun, est la création » – Mircea Eliade

Cette affirmation ontologique me rappelle une observation classique et souvent répétée : l’Homme est la seule créature sur terre qui se distingue par sa capacité à penser (et à créer) et pas seulement par la procréation. Nos capacités intellectuelles et artistiques sont, dans une large mesure, ce qui nous rend humains. Nous devrions apprécier ces capacités, les exprimer et les élargir.

e) « La critique est une erreur : nous devons lire, non pour comprendre autrui mais pour nous comprendre nous-mêmes » – Emil Cioran

Cioran exprime ici une vérité fondamentale sur la créativité humaine : lire – de la poésie, de la philosophie ou de la littérature – est une activité largement introspective. Comme Cioran l’exprime avec éloquence, nous apprenons tellement, par les livres, sur l’histoire humaine, les motivations du comportement humain et, tout particulièrement, sur nous-mêmes.

 En résumé, nous devrions préserver la « culture » parce qu’elle nous aide à remettre en question nos conventions sociales et à les transformer ; elle stimule notre créativité ; elle est souvent le premier et le dernier recours pour trouver la liberté dans des circonstances de répression sociale et politique ; elle est l’un des éléments-clés qui nous rendent humains ; et parce que la créativité humaine doit être préservée et respectée pour elle-même. Pour conclure sur une dernière citation, comme l’a dit le premier président zambien, Kenneth Kaunda, « un pays sans culture est comme un corps sans tête ». Cette vérité élémentaire sur la « culture » s’applique partout, à toutes les cultures.

Claudia Moscovici, Literature Salon

traduit par Florian Bentivegna

Comments Off on Sauver la culture: De l’importance de la “culture” pour nos cultures

Filed under l'importance de la culture, sauver la culture

Celebrating Romanian Culture Internationally

Romanian Culture

My new youtube video celebrates Romanian culture, internationally:

Claudia Moscovici, literaturesalon

Comments Off on Celebrating Romanian Culture Internationally

Filed under book review, Claudia Moscovici, contemporary fiction, fiction, literary criticism, literary fiction, literature, literature salon, literaturesalon